ART – REPÉRAGE, ANCRAGE, MAILLAGE – DIGNITÉ HUMAINE & RÉSILIENCE


Apprendre le français :

Le temps et l’espace de création en classe visent à transmettre l’envie de communiquer en français, à favoriser les interactions au service des apprentissages linguistiques, scolaires et sociaux, tout en proposant un temps apaisé propice à la résilience.

Le projet est co-construit par des enseignant·es de FLE et des intervenant·es d’ALEF Productions. Il permet à chacun·e de s’ouvrir à la culture française par le biais de l’égalité filles-garçons, en s’appuyant sur les diversités linguistiques et culturelles du groupe-classe.

La méthode des ateliers culturels sur une période régulière crée un cadre transdisciplinaire, propice à la mise en place d’outils d’inclusion. Ainsi le dispositif favorise la cohésion de classe et l’accompagnement des élèves vers le cursus scolaire français.

Mis en place dans plusieurs classes d’accueil en même temps (collèges, écoles, lycées), le projet touche des fratries, des familles, des groupements de personnes nouvellement arrivées, des voisins ou des personnes plus éloignées.

Le travail intègre des ateliers en classe et une circulation dans la cité. Il se veut accessible, pédagogique et construit en réciprocité avec les parents. En suivant la classe, lors des accompagnements des sorties scolaires, les parents apprennent à circuler dans l’espace public, y trouver des repères spatiaux et sociaux et en intégrer les codes.

L’action globale de l’association répond à une nécessité d’inclure les familles primo-arrivantes à Toulouse.

Le contact se fait par le biais de l’enfant dans le milieu sécurisant qu’est l’école et le projet innove sur l’implication culturelle et sociale des parents.

Pour consolider le lien, l’association s’engage dans le dispositif Ouverture de l’École aux Parents pour la Réussite Educative (OEPRE), avec un projet de médiation au sujet des apprentissages culturels des élèves. Les interventions donnent lieu à un échange entre adultes sur le projet en cours dans les classes. Elles ouvrent à l’appropriation du projet par les familles et favorisent l’intégration des valeurs de la République.

Intégrées au processus, les familles apportent à la classe et à toutes les personnes impliquées dans le projet, la richesse de leurs racines culturelles, l’expression de leur tradition et l’expérience d’un parcours. L’interaction s’opère par le biais de la poésie, des contes, de la philosophie, du partage du sacré et de l’art culinaire, liés à l’Universel. Le projet conduit à mêler les récits de vie avec l’histoire de Toulouse, et ouvre sur une possibilité d’apaisement dans la classe, l’établissement et ses environs.

Chaque atelier a ses invités, parents, stagiaires, jeunes en service civique, retraité·es actif·ves, professeur·es de FLE et personnels d’animation ou quiconque voudrait venir… et participer.

Tout au long de l’année, la restitution des œuvres réalisées renforce des liens actifs entre les familles, l’établissement et les intervenant·es, et :

  • témoigne du travail accompli par, grâce et autour de l’enfant,
  • rend visible ses liens d’amitié dans le groupe, et la place où le jeune se sent bien,
  • célèbre publiquement le parcours réussi de l’élève.

Les réalisations, films, poèmes etc. sont inscrits dans la continuité. Ils constituent la base des supports de travail pour l’année suivante. Réutilisées d’année en année, ces productions collaboratives participent du lien entre anciens élèves d’UPE2A (FLE) et nouveaux, créant une connexion de confiance, pour les jeunes arrivant·es et leurs familles.